1er jour :"Dendérah et Abydos"
 ou
" Le début d'un périple en moyenne Egypte"


Quittons Louxor et ses hordes de touristes.

Nous nous dirigeons vers Dendérah mais cette fois en bus, la route longe le nil.
C'est donc en convoi de bus touristiques (et oui, encore quelques touristes...) que nous prenons la direction de

Dendérah

En cliquant sur les publicités, vous m'aidez à développer mon site, Merci à vous.


Dendérah est un temple dédié à Hathor, il fut construit sous les Ptolémées et achevé par les romains.

Les chapiteaux des colonnes représentent le visage de la déesse Hathor. Ces visages ont été martelés par les coptes .
 null 


Ce site est très bien conservé. 
Enseveli par les sables pendant des siècles, il fut découvert à l'époque de l'expédition de Bonaparte.

Un escalier monte à la terrasse où on été construites 6 chapelles.

Le plafond de l'une d'elle représente le Zodiaque (une copie, l'originale est au Louvre).

Depuis la terrasse on a une vue imprenable sur les murs d'enceinte et l'ancien lac sacré .

Tout au fond du temple, dans la salle de droite, on peut descendre dans une des nombreuses cryptes du temple.
 il ne faut pas être claustrophobe.
Les décors sont très beaux mais il n'y a pas assez de recul pour faire des photos.

A l'arrière du temple, on admire les représentations de Cléopâtre, dernière reine d'égypte ,avec son fils Césarion.

A droite de l'entrée du site, vous verrez un Mammisi romain (temple qui commémorent la naissance d'Ihy, fils d'Isis et d'Horus d'Edfou),


le reste d'une basilique chrétienne


et un Mammisi  achevé à l'époque ptolémaïque.



Pour la suite du voyage, je vais changer de moyen de locomotion.
 Le nil de la moyenne Egypte est ouvert à la navigation pour les bateaux de croisière depuis 2007, ( seulement  6 compagnies ont eu ce droit.)mais  mon voyage dans cette région eut lieu quelques semaines avant cette possibilité.

Pour la suite du voyage, on a décidé d'improviser  un circuit en moyenne Egypte.

C'est donc en train, depuis le Caire que je me suis rendue dans la région d'Abydos. La gare la plus proche est celle de la ville d'El-Balyana. Partie du Caire vers 23h, nous devions arriver vers 7h à El-Balyana. Mais un homme (un parfait inconnu, rencontré sur le quai de la Gare), nous a conseillé de descendre à Sohâg, pour aller voir le couvent Nag' el deir , sur la rive Est du nil. Regardez la carte vous comprendrez mieux.


Nous sommes donc descendus à Sohâg vers 6h du matin. Après moultes marchandages, nous avons trouvé un taxi collectif pour nous emmener. Quand je dis nous, c'est bien évidemment, Ismaël qui se charge de toutes les discutions car seul l'arabe est compris
Voilà donc ma première expérience en taxi collectif (où l'expression "sérrés comme des sardines" prend tout son sens ). J'étais la seule femme à bord, européenne et non voilée, pas de problème pour l'instant j'assume.
Le long de la route nous apercevons les grottes mais nous découvrerons peu de temps plus tard qu'il n'y a pas de moyen pour y aller.
Le taxi nous laisse donc dans un petit village près du couvent de Nag' El Deir. Il n'est pas encore 7h, il fait déja très chaud , nous sommes sur la rive Est (regardez la carte, cela a son importance) et sans moyen de locomotion. Un petit café ouvre ses portes, nous en profitons pour boire un verre (eau chaude + graines) :  je ne saurai jamais ce que j'ai bu, et demander  des renseignements sur le couvent : il n'ouvre pas avant 2 heures, oups...
C' est raté..
Je trouve que le voyage commence bien, pas vous...
Nous sommes donc à pied et du mauvais coté du nil puisque Abydos se trouve sur la rive Ouest.
Et pas de pont, bien évidemment, ce serai trop simple.
Pendant ce temps je suis la distraction des écoliers qui vont à l'école car il n'ont pas dû voir souvent une européenne qui ,de surcroît , a les bras nus et les cheveux longs détachés. Le pantalon en pleine chaleur: ça passe mais les manches longues: je n' y arrive pas !!
Après de nombreux palabres, auxquels je ne comprenais rien ,nous nous sommes mis en marche sur un chemin de terre en direction du nil; Au bout du chemin, un bateau, ou plutôt une barque, faisait traverser le Nil aux piétons.
Nous nous sommes donc joint à la population pour traverser. Il y avait des femmes sur ce bateau, toutes très couvertes. Prétextant la chaleur très forte malgré l'heure matinale, j'ai mis mon écharpe (très fine et rose) sur ma tête. Le regard des femmes était très perçant et je ne saurai jamais ce qu' il voulait dire. Par la suite j'ai avoué que je craignais de finir à l'eau.
Nous voilà à Girga, pour quitter les bords du nil en direction  du centre ville, nous montons dans un toc toc.

 

                                

 

Au centre ville nous trouvons un taxi, individuel celui-ci, qui accepte de nous emmener à Abydos, un peu cher au goût d'Ismaël. Nous voilà reparti.
Il est environ 8 heure du matin, et nous avons quitté la maison la veille vers 21h. La chaleur est telle que je bois des litres d'eau, la nature étant ce qu'elle est : une pose pipi s'impose mais pas dans la nature s'il vous plait étant une femme. Nous arrivons justement au croisement avec la route d'Abydos, très gentiment notre chauffeur s'arrête au poste de police pour que je profite de leur toilette. Quelle bonne idée... Merci messieurs pour vos toilettes,même si elles étaient sales, très sales et sans papier  (lisez  vite l'article sur les infos pratiques ).  Je crois que tout allait trop bien. Les policiers se sont alors aperçus, qu'une touriste voyageait  dans la région seulement accompagnée d'un guide. A partir de ce moment, il a fallu que l'on soit en convoi . Les policiers voulaient que l'on attende le convoi de bus de touristes qui devait passer plus d'une heure après. Après négociation, nous avons pu repartir seulement escortés d'une voiture de police. Cool non...
Nous voila donc en route pour Abydos, où nous sommes arrivés sans autre péripétie.

Abydos

Abydos est un des sites les plus importants de l'Egypte ancienne et aussi un des plus beaux, il est dédié au culte d'Osiris.
C'est un lieu de pélerinage depuis l'époque de l'Egypte Ancienne jusqu'à nos jours pour les croyants des anciens Dieux
Les anciens croyaient que la tombe d'Osiris y était  ; ce qui en fit une ville sainte.
 Tous les pharaons de la Première et Seconde dynastie s' y firent ensevelir.
A partir du moyen empire, un grand nombre de pharaons s'y firent construire un cénotaphe ( tombeau qui n'abrite pas le corps du mort mais qui permet de reposer symboliquement auprès d'Osiris).
Sethy Ier fit ériger un cénotaphe et son temple funéraire (qui se visite).
Le temple est très bien conservé.  Les murs des salles hypostyles sont recouverts de bas reliefs ciselés parmi les plus beaux d'Egypte. La première salle fut achevée par Ramses II.

 L'atmosphère des salles est propice à l'imagination, la mystification et le recueillement. Dans le long couloir perpendiculaire à l'axe du temple, se trouve la fameuse "table d'Abydos" qui est ,en fait ,une fresque sur le mur de droite. C'est la liste des 76 pharaons qui ont précédé séthi Ier sur le trône. Cette fresque fut une source de renseignements phénoménaux pour les archéologues et les historiens. On y voit Séthy Ier et son fils, le futur Ramses II, brûler de l'encens devant les cartouches des anciens pharaons.
A l'arrière du temple on peut voir  le cénotaphe d'osiris, l'Osiréion, construit sous Sethy Ier.

 

Un peu plus loin, il y a les ruines du temple de Ramses II.
L'atmospère mystique et la fraîcheur de ce temple en font un lieu très agréable à visiter et je vous signale que nous n'étions que 3 ou 4 dans le temple.

Mais notre voyage en moyenne égypte ne fait que commencer alors nous laissons le convoi de bus de touristes arriver et nous voilà repartis pour Sohag reprendre le train (très peu de train s'arrêtte à El Balyana). Il est environ 11h00. Nous espérions arriver rapidement à la gare pour attraper le train rapide jusqu'à El Minya mais c'était sans compter nos arrêts à tous les postes de polices qui jalonnent la route pour changer d'escorte. Nous avons donc rater le train et dû attendre le suivant.
Nous en avons donc profité pour aller manger au restaurant, avec toute notre escorte. Menu identique pour tout le monde: Un kochery. C'est un plat traditionnel et très léger... Imaginez un mélange de riz, de lentille brunes, de macaronis, de spaghetti, d'oignons frits, le tout arrosé de sauce tomate pimentée et aillée. Bon appétit, il en faut !. Puis nous sommes allés à la gare pour attendre le train:
- à un endroit très précis de la gare (réservé aux touristes je suppose) sur le quai, en plein soleil ,pendant 2 heures.
-sous surveillance du responsable du bureau du Tourisme de la Gare ( un flic quoi).
 L'attente fut longue et quand le train fut enfin là, on nous a escorté jusqu'à nos places.
Je vous rapelle que nous avons mis 7 heures pour venir depuis Le Caire, nous mettrons 6 heures pour redescendre à El Minia.

Dans certaines régions peu fréquentées ou routes isolées, l'escorte policière est obligatoire.

La suite du périple en moyenne Egypte dans le prochain article.

Retour à l'accueil